750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 21:28

 

Voulez-vous voir un monde étrange 
Où l’on aime les démons et pas les anges ? 

Suivez-nous, venez visiter 
Notre magnifique cité 

Voici Halloween, voici Halloween 
Les citrouilles vont mourir de trouille ! 


 

Le 31 Octobre est célébrée surtout outre-Atlantique la fête d'Halloween. Ayant toujours adoré les histoires de fantômes, vampires et Cie, j'aime particulièrement ce jour. Rien de mieux que la BO de l'Etrange Noël de M. Jack pour m'accompagner.

 

Pour beaucoup - moi la première, cette fête a été il y a quelques années surtout un gros coup marketing, jusqu'au dégoût pour certains. Mais c'est pour moi l'occasion de convier mes amis à célébrer comme il se doit la nuit où vivants et morts se retrouvent autour d'un bon repas "made in USA" et de films dans la thématique. Hors cette année mes plans tombent à l'eau mais je vais tout de même fêter ça avec un incontournable de la la cuisine US.

 

Mac'n'cheese so yummmmmmmmy that Devil may cry !*

 

Mac-n-cheese.JPG

Ici j'ai rajouté des dés de bacon

 

Pour 4 personnes :

250 g de macaroni

200 g de cheddar vieux

25 cl de crème aigre

Chapelure

Beurre

 

Préparation : 5 min

Cuisson : 8-10 min + 10-15 min

 

Préchauffer le four à 210°C (th. 7). Dans un grand volume d'eau bouillante salée, verser les macaronis et laisser cuire le temps indiqué sur le paquet.


Pendant ce temps, dans une casserole faire chauffer doucement la crème. Râper le cheddar, l'ajouter à la crème et laisser fondre.


Egoutter les pâtes, les remettre dans la casserole, ajouter la sauce au fromage et bien mélanger. Les déposer dans un plat à gratin beurré. Saupoudrer de chapelure et de noisettes de beurre.


Enfourner pour 10-15 min pour faire gratiner le plat. Servir aussitôt.

 

 

*si délicieeeeeuuux que le Diable en pleurerait !


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 15:23
J'avais parlé de mon idée d'un repas "british" après notre w-e à Londres ici. Voici qui est fait avec un plat typiquement anglais the Yorkshire pudding souvent servi pour le repas du dimanche midi en accompagnement d'une pièce de boeuf, une côte de boeuf dans mon cas.

Yorkshire pudding

Yorkshire-pudding.JPG

Pour 4 personnes :
150 g de farine tamisée
1/4 L de lait
2 oeufs
100 g de beurre
1 côte de boeuf de 500 g environ
Sel, poivre du moulin

Préparation : 10 min
Repos : 1 h
Cuisson : 25-30 min

Mettre la farine dans une jatte, ajouter 1/2 c à c de sel, les oeufs et le lait. Battre au fouet pour obtenir un mélange homogène et mousseux. Mettre cette pâte 1 h au frais.

Ensuite préchauffer le four à 210°C (th. 7). Beurrer un plat avec une bonne partie des 100 g de beurre et le mettre au four pour qu'il soit chaud. Au bout de quelques minutes, le sortir et verser la pâte à pudding puis faire cuire 15 min au four.

Faire chauffer le restant du beurre dans une pôele, mettre la viande à dorer rapidement sur toutes les faces. La placer ensuite sur une grille et l'installer au-dessus du pudding dans le four.

Baisser la température à 180°C (th. 6) et laisser cuire 10 à 15 min en fonction de la pièce de viande.

Sortir la viande du four, la laisser reposer. La saler et poivrer avant de servir avec des parts de pudding.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 18:00

 

Je suis une inconditionnelle de la cuisine italienne comme vous avez pu le découvrir tout au long de ce blog. Le risotto reste un de mes plats préférés. C'est une plat festif qui reste à la portée de tous quand on suit bien la recette.

 

Risotto con gamberetti (risotto aux gambas)

 

Risotto-con-gamberetti-2.JPG

 

Pour 4 personnes :

12-20 belles gambas (en fonction de la grosseur)

2 oignons

4 c à s d'huile d'olive

2 brins de persil

300 g de riz arborio ou carnaroli

100 g de beurre

1 dl de vin blanc sec

50 g de parmesan

sel, poivre

 

Préparation : 20 min

Cuisson : 25 min

 

Passer les gambas sous l'eau courante, enlever les têtes des queues, réserver. Décortiquer les queues en laissant le dernier anneaux, saler et poivrer, réserver.

 

Peler les oignons et les émincer.

 

Faire chauffer la moitié de l'huile d'olive dans une cocotte. Ajouter les têtes de gambas, tourner 1 min sur feu vif, ajouter la moitié des oignons, tourner, verser 1 L d'eau, mettre les brins de persil, tourner, saler, couvrir et laisser cuire 30 min à feu modéré. Ensuite filtrer le bouillon et réserver.

 

Bouillon-de-crustaces-1.JPG

Bouillon de crustacés 2

 

Faire fondre la moitié du beurre dans une sauteuse, ajouter l'oignon restant, faire cuire 3 min en tournant souvent, verser le riz en pluie et faire cuire 3 min en tournant sans cesse jusqu'à ce que les grains deviennent translucides et nacrés.

 

Verser alors le vin, tourner et lorsqu'il est absorbé, verser 1/4 de bouillon, tourner, laisser absorber sur feu doux, verser la moitié du bouillon restant, tourner, faire cuire encore jusqu'à ce que le bouillon soit absorbé, en tournant de temps en temps. Verser la fin du bouillon et laisser absorber (cuisson d'environ 18 min). Ajouter le beurre restant, poivrer, mélanger et couvrer.

 

Dans une sauteuse, faire chaufer sur feu modéré l'huile restante, poser les queues de gambas et faire cuire 30 sec de chaque côté.

 

Répartir le riz dans les assiettes, poser dessus les queues de gambas, parsemer de parmesan et servir aussitôt.

 

Risotto-con-gamberetti-3.JPG

Ma soeur m'a dit de faire des photos plus dynamiques... difficile quand il s'agit de nature morte

 

On peut remplacer les gambas par des langoustines, des coquillages ou des fruits de mer mélangés. Préparer alors le bouillon avec un fumet de poisson.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 10:31


Dès que j'y ai goûtées, je suis devenue une grande fan des pâtes à l'encre de seiche. Mon meilleur souvenir est une dégustation de ces pâtes fraîches bien noires et brillantes avec un pesto sicilien (amande, basilic, menthe) un soir à Palerme il y a 4 ans lors de vacances en Sicile.

Sicile.JPG

Souvenirs de Palerme

J'ai régulièrement refait la recette avec les taglioloni nero de Giovanni Rana (rayon frais au Monoprix). N'en trouvant plus j'en ai acheté en version "sèche" et je n'ai pas été déçue.

Strozzapreti al nero di seppia con gamberetti aglio e olio

Strozzapreti-al-nero-di-seppia-con-gamberetti-aglio-e-olio-.JPG

 

Pour 4 personnes :
2 gousses d'ail
1/2 bouquet de persil
3 c à s d'huile d'olives
1/2 c à c de pâte de piment samba oelek
250 g de crevettes "cocktail" décortiquées (Picard)
500 g de strozzapreti al nero di seppia (trouvés à la Biocoop)
10 cl de vin blanc sec
Sel, poivre du moulin

Préparation : 10 min
Repos : 30 min
Cuisson : 10 min
Points WW/part : 5.5

Eplucher les gousses d'ail. Les mettre dans le bol d'un mixeur avec le persil. Mixer et allonger avec l'huile d'olive. Ajouter la purée de piment.

Dans un plat disposer les crevettes et les arroser de la persillade. Bien les enrober et laisser mariner 30 min. 

Faire cuire les pâtes al dente. 

5 min avant la fin de cuisson, faire chauffer une sauteuse. Y verser les crevettes et la marinade. Les faire revenir jusqu'à ce qu'elles rougissent. Déglacer au vin blanc et rectifier l'assaisonnement si besoin.

Egoutter les pâtes et les verser dans la sauteuse. Bien mélanger pour qu'elles s'imprègnent de la sauce.

Servir aussitôt.

 

 
Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 21:05


Voici un petit topo qui bouscule nos acquis culinaires !

 Moyen-age-pasta.jpg

Tacuinum of Vienna - XIVe s 

"En 1928 (quelle source ?), les Américains ont répandu la légende, selon laquelle Marco Polo les aurait rapportées de Chine. Cette version est arrivée jusqu'à nos jours, même si les spécialistes actuellement ne lui donnent plus aucun crédit. Lire aussi l'article de Wikipedia ici .
En effet, les pâtes existent en Italie depuis bien longtemps. Le témoignage le plus ancien concerne des peintures murales d'époque étrusque, où l'on voit des personnes qui préparent des pâtes. On sait avec certitude que, un peu plus tard, les Romains aussi mangeaient les pâtes, notamment les lasagnes, dont ils ont laissé même la recette.
Pendant tout le Moyen Age, les types des pâtes se sont multipliés. Ils ont été classifiés dans un recueil de recette qui date de 1290, cinq ans avant le retour de Marco Polo. Quant à ce dernier, dans son livre le Million, il fait bien la comparaison entre les pâtes chinoises et celles italiennes.
Les pâtes sèches (réalisées avec de la farine de blé dur et de l'eau) par contre, seraient arrivées en Italie au XIIe siècle par la Sicile grâce aux Arabes.
Actuellement les pâtes, mis à part les très célèbres, comme les spaghetti, les tagliatelle, les lasagne et les cannelloni, se déclinent en centaines de façons différentes. Chaque région, ou même province, d'Italie a ses pâtes. De plus, des pâtes connues sous le même nom dans toute la péninsule peuvent être tout à fait différentes selon l'endroit où elles sont faites.

Par exemple :

Culigionis (Sardaigne). Pâtes farcies à la ricotta, zeste de citron et d'orange et safran.
Culurgiones (Sardaigne) Raviolis en forme d'épi avec pomme de terre, menthe et parmesan.
Fregola (Sardaigne). Petites pâtes rondes de semoule torréfiées
Garganelli (Emilia Romagna). Les Garganelli sont des pâtes qui ressemblent à des pennes rigate mais avec des stries horizontales au lieu d’être verticales.
La mince épaisseur des pâtes et la basse température de la dessication garantissent le meilleur résultat dans l'assiette.
Malloreddus ou gnocchetti sardi. Gnocchis sardes de blé dur, qu'on fait souvent alla Campidanese (avec saucisse, tomate et grains de fenouils)
Orecchiette (Pouilles). Ces " Petites oreilles " sont la plupart du temps préparées avec des cime di rapa (broccoli-feuilles) et anchois.
Paccheri (Campanie). Leur nom veut dire " gifles ". Il s'agit de pâtes cylindriques géantes typiques de la cuisine pauvre napolitaine. En fait, il en suffisait peu pour remplir l'assiette.
Spaghetti alla chitarra. On reconnaît les spaghetti alla chitarra de leur section carrée. Ils prennent le nom de la machine qu'on utilise pour les faire, qui, avec ses cordes en acier, ressemble à une guitare.
Strozzapreti. Les strozzapreti, les " étrangle-prêtres " sont un type de pâte qui existe dans toutes les régions d'Italie. Mais partout est différent. Au Pouilles il s'agit d'une espèce de cannelloni tandis qu'en Toscane ils ressemblent beaucoup à des spaghetti. Mais l'origine du nom est commune. C'était des pâtes de la cuisine pauvre populaire, obtenues souvent avec les restes de la production d'autres types de pâtes. Et alors on disait " qu'elles étaient tellement mauvaises qu'elles bouchaient la gorge même aux prêtres ", qui étaient connus comme des gens qui mangeaient de tout et sans limites.

Sans oublier trofie ligure, casarecce sicilien...

 

Troffie-carbo-e-fonghi.JPG

Trofie carbonara e funghi


Et à chaque région, son accompagnement :

Penne all'arrabbiata. Plat de la région de Rome. Littéralement arrabbiata veut dire " fâchée ", et les pâtes se fâchent quand on leur ajoute du piment. Outre le piment (beaucoup) on y trouve des tomates et parfois aussi de l'oignon et des lardons.
Penne alla siciliana. Plat d'origine sicilienne mais très diffusé à Naples. Aux aubergines grillées on ajoute de la sauce tomate, du basilic et de la mozzarella.
Pesto. Sauce originaire de Ligurie à base de basilic, ail, pignons, huile et parmesan.
Spaghetti alla Bottarga. La bottarga est le caviar de Sardaigne. Elle est très ancienne. Son existence remonte jusqu'aux Phéniciens. Mais ce sont les Arabes qui l'ont baptisée battarikh (d'où son nom), c'est à dire " œufs de poisson sèches ". En fait, est obtenue du séchage des oeufs de mulet ou, de moins de valeur, de thon.
Spaghetti alla Norma. Les ingrédients principaux de cette sauce, très répandue en Sicile, sont les aubergines grillées, ricotta, tomate et basilic." Etc. etc.

Pour plus de recettes : ici.

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 10:00


Des pâtes, encore des pâtes, toujours des pâtes ! Je ne me lasse pas d'en cuisiner, ni d'en manger. Voici une variation de sauce à base de tomates et très rapide à cuisiner.

Trofie all'amatriciana

Trofie all' amatriciana

 

Pour 4 personnes :
1 petit oignon
70 g de joue de porc - tout est bon dans le cochon !
50 g de lard fumé
1 c à s d'huile d'olives
500 g de tomates pelées en boite
500 g de trofie
3 c à s de pecorino râpé
sel, poivre

Préparation : 5 min
Cuisson : 10 min
Points WW/part :  9,5 ou 7 si on remplace le tout par du bacon

Hacher ensemble finement l'oignon épluché, la joue de porc et les lardons.

Mettre le hachis avec l'huile dans une casserole sur le feu. Quand l'oignon est doré, ajouter les tomates pelées écrasées à la fourchette. Laisser cuire sur feu vif 5/6 min. saler, poivrer et retirer du feu.

Faire cuire les pâtes al dente.

Les assaisonner de la sauce et quelques cuillères de pecorino.

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 20:58


Cette recette est celle de ma grand-mère paternelle. Elle avait l'habitude de la cuisiner quand nous passions les vacances chez elle en Champagne. C'est une sorte de risotto bien qu'elle n'ait aucune racines italiennes.

Dans un carnet de recettes et fiches pratiques pour la "parfaite ménagère" des années 1950-60 qu'elle avait, j'ai retrouvé cette "base" nommée "riz au gras", classée dans les recettes économiques et familliales.

C'est une autre de mes recettes du samedi midi où je n'ai plus rien dans le frigo et les placards, à part les basiques.

Riz à la tomate (de ma grand-mère)

Riz-a-la-tomate.jpg

 

Pour 4-6 personnes :
1 oignon blanc
1 gousse d'ail
1 c à s d'huile d'arachide
100 g de lardons
1 branche de thym
1 à 2 feuilles de laurier
2 verres de riz long = 480 g
2 à 3 fois le même volume en eau (en fonction du riz)
1 boite de 190 g de sauce tomate à l'italienne Buitoni
Sel, poivre du moulin
Gruyère râpé

Préparation : 5 min
Cuisson : 20 min
Points WW/part : 8-6 (sans gruyère)

Eplucher et émincer l'oignon et l'ail dégermé.

Faire chauffer l'huile dans une sautesse, y faire revenir l'oignon jusqu'à ce qu'il soient translucides. Ajouter les lardons et l'ail et laisser cuire pendant encore quelques minutes pour saisir le lard.

Ajouter le riz, bien l'enrober du gras, ajouter le thym et le laurier. Laisser cuire 2 min puis ajouter la sauce tomate et l'eau. Laisser cuire à petits frémissements à couvert pendant 15 min en tournant régulièrement jusqu'à ce que le riz soit cuit.

Rectifier l'assaisonnement et servir saupoudré de gruyère râpé en accompagnement de tranches de jambon, de chipolatas grillées.


Ce midi j'ai un peu divergé de la recette originale. Mamie ne m'en voudra pas.

A défaut de sauce tomate à l'italienne j'ai ajouté :

2 steacks hachés écrasés en petits morceaux revenus au même moment que les lardons
400 g de pulpe de tomates
70 g de concentré de tomate
1/2 c à c de chili en poudre

Verdict :
- Chérie, c'est dommage que sur ton blog on est pas les odeurs... ça sent super bon.
- C'est normal, c'est le laurier. Il avait le nez dessus.
- Ca se mange ?
- ...

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 14:47


Voici une cuisson du riz différente de celle "à la créole" et "pilaf". Le riz s'égraine facilement comme au restaurant.

Riz "fluffy"

 

Riz fluffy

 

Pour 4 personnes :
320 g de riz soit 80 g par personne pour une ration normale
5 fois le volume d'eau
Sel

Préparation : 5 min
Repos : 25 min
Cuisson : 5-7 min
Points WW/part = 4 à satiété

Bien laver le riz et le mettre à tremper dans un grand volume d'eau froide 25 min. Egoutter et rincer.

Porter à ébullition 5 volumes d'eau non salée. Y plonger le riz et laisser cuire entre 5 et 7 min selon le goût. Ne saler qu'en fin de cuisson.

Bien égoutter le riz et le remettre à chauffer quelques secondes dans une poêle chaude pour le sécher. Servir aussitôt.

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 14:44

 

Encore un samedi midi où mon frigo rime avec vide intersidéral. Qui a-t-il dans les placard ? Les basiques... alors on improvise et comme le temps est au maussade, on peut donc encore profiter des plats d'hiver, consistants, roboratifs... tout ce que j'aime. "En Avril ne te découvre pas d'un fil" !

Il y a quelque temps j'avais expérimenté le "gratin de poireaux aux crozets de sarrazin" des "Imprévus de Marine" dans le Saveurs # 157 p.61. Un vrai régal. Je me suis grandement inspirée de cette recette pour cuisiner celle-ci.

Crozets en gratin "à la paysanne"

Crozets-en-gratin-a-la-paysanne.JPG

Pour 4 personnes :
250 g de crozets au sarrazin
2 oignons jaunes
100 g de lard nature ou bacon
7 cl de vin blanc sec de Savoie
20 cl de crème fraîche
200 g de comté rapé
1 branche de laurier
Poivre du moulin 

Préparation : 10 min
Cuisson : 30 min
Points WW/part = 16 si on utilise bacon et crème 15% MG = 12 + 3 pour la vinaigrette de la salade

Préchauffer le four à 180°C (th. 6).

Faire cuire les crozets 7 min dans un grand volume d'eau bouillante salée.

Peler les oignons et les émincer finement. Détailler le lard ou le bacon en lardons. Dans une poêle faire blondir à feu moyen les oignons dans un peu de beurre. Ajouter les lardons, la feuille de laurier, le vin blanc et laisser cuire 5 min à couvert puis laisser évaporer le liquide de cuisson si besoin. Enlever la feuille de laurier.

Dans une jatte, mélanger les crozets égouttés avec la garniture. Ajouter la crème et 100 g de fromage. Donner quelques tours de moulin à poivre. Verser dans un plat à gratin beurré. Recouvrir du reste du fromage.

Mettre au four pour 15 min jusqu'à ce que le fromage soit fondu et légèrement doré. Servir aussitôt accompagné d'une salade.

On trouve les crozets dans le rayon épicerie fine ou produits de terroir des magazins.

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 10:15


Le samedi, c'est spaghetti !

Souvent le samedi midi, je me retrouve confrontée pour cuisiner à un frigo désespérement vide car je n'ai pas encore eu le temps de faire le ravitaillement hebdomadaire, mais il me reste toujours les basiques (crème fraîche, lardons, oeufs...) et régulièrement je finis par déclarer : "Chéri ! Des spaghetti alla carbonara, ça te va ?"
Il faut dire que c'est simple, rapide à préparer, bon et puis j'adooooore ça !

Chacun possède sa recette, avec ou sans crème (à l'italienne pour les puristes), il en existe 1001 versions. Si vous êtes curieux des "origines" de ce plat, c'est ici.

Spaghetti alla carbonara

Spaghetti alla carbonara

Pour 4 personnes :
500 g de spaghetti
200 g de lardons ou mieux de la pancetta
4 oeufs
50 cl de crème
100 g de parmesan (
parmigiano reggiano) ou 50 g de parmesan + 50 g de pecorino romano
Ail moulu
Poivre du moulin

Préparation : 5 min
Cuisson : 8 min
Points WW/part = 27 Aie aie aie !! sinon avec bacon à la place du lard + crème légère 15% MG = 23

Dans un grande casserole, faire bouillir un grand volume d'eau salée. Une fois à ébullition, y jeter les spaghetti et les laisser cuire al dente.
Pendant ce temps, poêler à sec les lardons ou la pancetta détaillée en lanières avec une pointe d'ail moulu. Réserver.
Séparer les blancs des jaunes d'oeufs. Dans une jatte, mélanger la crème, les jaunes et le(s) fromage(s).
Une fois les spaghetti cuits, bien les égoutter.
Dans une sauteuse, mélanger la crème et les pâtes, y ajouter les lardons-pancetta. Faire "sauter" les pâtes pour que la sauce les imprègne bien. Ajouter quelques tours de moulin à poivre. Servir immédiatement dans des assiettes chauffées (le must) et déguster !

Partager cet article
Repost0