Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 15:53

 

J'avais de la viande hachée au congélateur. Bien sûr je préfère cuisiner de la viande fraiche mais le congelé dépanne bien ! Et dans ce cas-là, il vaut mieux prévilégier des plats en sauce et en cuisson longue car le passage au grand froid change la viande et son comportement à la cuisson, quoi qu'on en dise.

 

Donc mon choix se porte sur une recette de chili con carne. Bien sûr, il y a autant de recettes que de familles au Nouveau-Mexique ou au Texas mais la base est très simple et toujours la même : viande de boeuf hachée ou en cubes, tomates, haricots et épices - cumin, coriandre, piment.

 

J'ai dans mes compilations de recettes, celle issue d'un "kit d'épices" que mon père avait rapporté des "States", D.L. Jardines. Je m'en suis inspirée en remplaçant les épices du kit par celles que j'avais sous la main.

 

Chili con carne

 

 Chili-con-carne--4-.JPG

 

Pour 6 personnes :

1 oignon

1 à 2 gousses d'ail

1 kg de viande de boeuf hachée

1 à 2 c à s d'épices - mélange à chili (en fonction du "feu" désiré)

500 g de pulpe de tomates

1 grande bouteille de coulis de tomates

400-500 g de harcicots rouges en boite

Huile d'olive

Maïzena ou farine de maïs

Sel de céleri, poivre du moulin

 

Préparation : 10 min

Cuisson : 10 + 20 + 20 + 10 minimum - bref, une bonne heure !

 

 

Peler et émincer l'oignon et les gousses d'ail. Les faire dorer dans un fond d'huile d'olive dans un grand faitout. Surveiller pour que l'ail ne brûle pas. Ajouter la viande et la faire revenir sans la laisser brûnir. Ajouter les épices et bien mélanger. Assaisonner avec du sel de céleri. Laisser cuire sur feu moyen-vif pour évaporer l'eau de la viande pendant quelques minutes avant d'ajouter la pulpe et le coulis de tomates. Ajouter un peu d'eau si besoin et laisser mijoter pendant 20 min.

 

Ajouter ensuite les haricots et laisser cuire encore 20 min à petits bouillons. Mélanger et ajouter de l'eau si besoin.

 

Si la consistance du chili est trop liquide, ajouter un peu de farine de maïs ou à défaut, de la maïzena pour épaissir et avoir la consistance désirée. Laisser encore 10 min sur le feu et pendant ce temps faire cuire du riz à la créole.

 

Chili-con-carne--2-.JPG

 

Rectifier l'assaisonnement si besoin avant de servir le chili avec du riz, des tortillas de maïs ou blé et du fromage. Laisser du tabasco à portée de main pour ceux qui veulent pimenter leur plat.

 

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:45

Ayant acheté dernièrement ce livre sur la cuisine new-yorkaise, il fallait que je teste quelques recettes. Voici un classique de la cuisine américaine : le pain de viandes. Le tout est accompagné d'une bonne purée de pommes de terre, faite maison - comme il se doit.

 

Le résultat est très concluant, la sauce gravy moins... à revoir car le jus n'était pas hyper concentré, pas aussi brun que sur la photo d'illustration.

 

Meatloaf & Gravy

Pour 6 personnes :

75 g de céleri

75 g d'oignon

75 g de champignons (de Paris)

2 c à s d'huile (neutre)

350 g de boeuf haché

350 g de veau haché

4 c à s de chapelure

125 + 50 g de ketchup

2 c à c de Tabasco (facultatif)

1 oeuf

2 c à s de persil plat haché

Sel, poivre du moulin

 

Préparation : 30 min (d'après le livre...)

Cuisson : 1h15

 

Préchauffer le four à 175°C (th. 5-6).

 

Émincer le céleri, l'oignon et les champignons. Les faire sauter dans l'huile sur feu moyen jusqu'à ce qu'ils soient tendres.

 

Dans un saladier, mélanger tous les autres ingrédients. Ajouter les légumes sautés et mélanger pour obtenir un résultat homogène. Verser dans un plat de 10 x 20 cm et étaler les 50 g de ketchup.

 

Cuire pendant 1 heure.

 

Pendant ce temps, confectionner la purée de pommes de terre et la gravy.

 

 

 

Meatloaf & Gravy
Meatloaf & Gravy
Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 14:39

 

Ma collègue et cop' Caro me prend toujours au kiosque les mag's avec les suppléments quand cela concerne la cuisine donc outre les "vrais" livres de cuisine, ma bibliothèque culinaire déborde de diverses publications plus ou moins intéressantes mais je les conserve toujours au cas où... on ne sait jamais !

 

Voici donc une recette issue d'un petit livret accompagnant un Femme Actuelle qui concerne "La cuisine du placard". La thématique est très bien trouvée car quand on travaille, qu'on est maman... c'est idéal !

 

Filet mignon au lait de coco

 

Filet mignon au lait de coco (6)

 

Pour 4 personnes :

600 g de filet mignon de porc

1 oignon

1 gousse d'ail

6 brins de coriandre

1 c à s de curry en poudre

400 g de pulpe de tomate

20 cl de lait de coco

Huile d'olive

sel, poivre du moulin

 

Préparation : 10 min

Cuisson : 30 min

 

 

Découper le filet mignon en tranches de 1,5 cm. Peler et hacher l'oignon et l'ail. Rincer et ciseler la coriandre.

 

Dans une sauteuse, faire chauffer 2 c à s d'huile d'olive. Y faire dorer les tranches de filet mignon pendant 5 min sur les 2 faces, réserver. Dans la même sauteuse, faire revenir l'oignon pendant 4 min. Remettre la viande, saler, poivrer et saupoudrer de curry tout en mélangeant. Ajouter la pulpe de tomate et l'ail. Laisser cuire 10 min sans couvrir. 

 

Verser le lait de coco et poursuivre la cuisson 10 min. Rectifier l'assaisonnement si besoin. 

 

Servir chaud, parsemé de coriandre et accompagné d'un riz thaï.

 

PS : pour corriger l'acidité de la tomate, ajouter un morceau de sucre au moment de la cuisson.


Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 15:02

 

Des diots, du Beaufort, des crozets... Tout pour faire un bon plan bien "réconfortant" - terme plus élégant pour dire copieux et gras - comme j'aime.

 

Dans la série des crozets, j'en ai fait en gratin, en mode "tartiflette" ; les voici version tradition avec les fameux diots. J'ai suivi une recette du Net mais pour l'avoir refait, je l'ai adapté en version express.

 

Diots & crozets à la savoyarde

 

Diots---crozets--2-.JPG

 

Pour 4 personnes :

4 oignons moyens

8 diots

 20 cl de vin blanc sec de Savoie

500 g de crozets

33 cl de béchamel Elle&Vire

100 g de Beaufort

Beurre

Sel, poivre du moulin

 

Préparation : 10 min

Cuisson : 25 min

 

 

Eplucher et émincer fin les oignons. Dans une sauteuse, faire fondre du beurre et y ajouter les oignons. Laisser cuire sans coloration pendant quelques minutes et ajouter les saucisses. Laisser cuire en surveillant pendant 20 min. Ne percer les diots qu'en fin de cuisson pour évacuer le gras sans les déssecher.

 

Pendant ce temps, faire cuire les crozets dans un grand volume d'eau bouillante salée le temps indiqué pour être "al dente". Les égouter et les ajouter aux saucisses dans la sauteuse. Mouiller avec le vin et laisser un peu évaporer avant d'ajouter la béchamel et le fromage râpé. Poivrer et servir aussitôt.

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:54

 

Fête des Pères oblige, c'est la 1ère pour Mon Chéri, je concocte un bon petit plat.

 

Je suis allée plusieurs fois en Hongire - surtout à Budapest. Et comme dans tout voyage, j'ai rapporté un livre de cuisine hongroise des recettes de Karoly Gündel - la référence en la matière du début du XXe siècle, un peu comme Escoffier pour nous. 

 

Voici donc une recette, le pörklöt, typiquement hongroise qu'on dirait goulash sans savoir, ce plat étant une soupe. Il s'agit d'un recette de la grande famille des ragoûts comme les paprikas, où l'épice du même nom en est la base. 

 

D'ailleurs avec une bonne bouteille de vin hongrois qui attendait à la cave et un peu de salami hongrois rapporté par mon ami et collègue T. l'Estonien, nous avions un bout de Budapest dans notre assiette.

 

Pörklöt

 

 Porklot--5-.JPG

 

Pour 4 personnes :

1 kg de viande boeuf sans os (morceaux ni trop sec, ni trop gras)

ou 1,5 kg de viande de boeuf avec les os

120 g de graisse (saindoux) pour moi beurre

250 g d'oignons

20 g de paprika en poudre

Sel

2 à 3 gousses d'ail - facultatif

1 c à c de cumin - facultatif

Eau ou bouillon de boeuf

200 g de poivrons verts

100 g de tomates fraîches

 

Préparation : 30 min

Cuisson : 1-2-3 h... plus ça cuit, meilleur c'est.


 

Porklot--1-.JPG

 

Couper la viande en cubes de 2-3 cm ou laisser la viande avec os en morceaux de 40 à 50 g.

 

Faire fondre l'oignon dans la graisse et laisser dorer sans brunir. Diminuer le feu sous la cocotte, ajouter le paprika et mélanger rapidement. Ne pas laisser brûler les épices car sinon le goût deviendrait amer. Ajouter la viande, saler, ajouter les gousses d'ail et le cumin et faire revenir légèrement le tout

 

Porklot--2-.JPG

 

Mouiller avec un peu d'eau ou de bouillon et laisser cuire à l'étouffer en remuant de temps en temps et en ajoutant un peu d'eau si nécessaire juste ce qu'il faut pour que la viande cuise dans une sauce très courte.

 

Porklot--3-.JPG

 

Quand la viande est presque cuite - elle est fondante et se déchire facilement à la fourchette, ajouter les poivrons et les tomates coupés en dés et terminer ainsi la cuisson.

 

Servir le pörklöt avec des  galuska - l'équivalent hongrois des spätzle ou knöpfle (utilisés ici), ou des tarhonya. A défaut on peut utiliser des gnocchi ou des pommes de terre cuite à l'eau et écrasées.

 

Porklot--4-.JPG


 

 

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 14:07

 

Nous restons dans l'ambiance orientale avec ces boulettes :  kefta pour les amateurs de viande. J'ai suivi une recette ELLE - une de celles que je viens de scanner.

 

Keftas à la coriandre

 

Kefta-1.JPG

 

Pour 6 personnes :

1 kg de boeuf maigre haché

2 c à s de chapelure fine

2 c à c de cumin en poudre

1/2 c à c de cannelle en poudre

1 c à c de piment doux en poudre

4 pincées de piment fort en poudre

Sel, poivre du moulin

3 c à c de coriandre ciselée

3 oignons blancs nouveaux moyens

Huile d'olive pour la cuisson

 

Préparation : 10 min

Cuisson : 10 min

 

 

Dans une grande jatte, mélanger la viande hachée avec la chapelure, les épices, le sel, le poivre à convenance et la coriandre.

 

Peler et hacher très fin les oignons, les mélanger à la viande.

 

Humecter les mains et confectionner des boulettes.

 

Kefta-2.JPG

 

Faire chauffer un fond d'huile d'olive dans une grande poêle et disposer les boulettes pour les faire rissoler de chaque côté quelques minutes - ne pas faire trop cuire pour éviter de les rendre trop sèches - et en plusieurs fois si besoin.

 

Kefta-3.JPG

 

Déguster bien chaud avec selon les conseils de la fiche cuisine ELLE : des rondelles d'oignons rouge - pelés, émincés et trempés dans un grand saladier d'eau glacée pour perdre le côté piquant et indigeste - parsemer de piment doux en poudre, des feuilles de coriandre, accompagnées de salade verte et de pommes de terre en purée ou rissolées.

 

Verdict : une réelle préférence pour les polpette de Mamé Gracia... mais avec une ratatouille, le côté "très viande" passe bien. A voir peut-être en tajine...

 

En compulsant d'autres recettes de keftas collectées, certaines incorporent 2 oeufs à la farce - ce qui à mon avis apporte un peu plus de liant. Et pour un côté plus marocain, on peut faire un mélange de viande moitié boeuf-moitié agneau, avec une petite sauce yaourt à la menthe.

 

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 19:35

 

Fred est un de mes potes de lycée. Il s'est expatrié plusieurs fois de notre banlieue natale pour ses études et ensuite son boulot mais a toujours attéri dans des coins culinairement bien sympatiques : Strasbourg, Lyon et Lille. De ses villes, il a toujours été l'émissaire gastronomique en nous concoctant les spécialités locales.

 

La recette dont il me fait part est celle de SA carbonnade car comme toujours, chaque famille (car il est flammand d'origine) a sa recette. Celle-ci n'est pas exactement celle de sa grand-mère mais pour l'avoir goûter, elle n'aurait pas à rougir de son héritier.

 

Je vous laisse donc la teneur de son e-mail, c'est beaucoup plus sympa que de la ré-écrire. Je surligne juste les ingrédients et leurs proportions pour les faire ressortir du texte, plus facile pour préparer sa liste de courses.

 

Carbonnade-flammande-1.JPG

      Les ingrédients - on notera le fameux pain d'épices ;)

 

Carbonnade flammande à la Ruyschaert

 

 Carbonnade-flammande-7.JPG

 

Pour 4 personnes :

"Comme promis voilà ma recette (toute personnelle) de la carbonnade flamande (attention, c'est écrit à l'arrache) :

Tu prends de la viande de bœuf à braiser, comme pour un bourguignon (genre macreuse ou paleron) coupée en gros cubes, en gros un peu plus de 1kg pour 4 (l'idéal c'est qu'il en reste après... si tu en fais trop, tu es sûr que c'est pas parce que les convives n'ont pas aimé... ;-> )

Tu fais revenir à feu assez vif les morceaux de bœuf avec (trop) de matière grasse - beurre, huile neutre... ndlr - dans une cocotte. Quand tous les morceaux sont bien saisis sur toutes les faces, tu les réserves.

 

Carbonnade-flammande-2.JPG

 

Option toute personnelle : tu fais pareil avec quelques lardons (genre 2 ou 3 tranches de lard fumé que tu as émincé en lardons pas trop petits). Quand ils sont raisonnablement cuits (pas grillés), tu les réserves avec le bœuf.

 

Carbonnade-flammande-3.JPG


Tu fais alors revenir des oignons émincés (au moins 2 gros ou 3-4 moyens) dans (trop) d'huile (sauf s'il reste assez de matière grasse des lardons), dans la cocotte, à couvert et à feu doux. (PS : jamais la viande et les lardons ont rendu plein de jus, tu peux directement tout mélanger : viande + oignons)

 

Carbonnade-flammande-4.JPG


Quand les oignons on un peu fondu et sont bien translucides, tu remets la viande dans la cocotte avec l'oignon, tu touilles un bon coup, puis tu mets une bonne cuillerée de farine (on peut s'en passer mais c'est pour rendre la sauce bien épaisse) en t'assurant qu'il reste de la matière grasse ou le jus de la viande, sinon la farine risque de cramer. 

Tu retouilles tout bien.

 

Ensuite tu verses la bière de ton choix dessus - ici une blonde ndlr - jusqu'à couvrir la viande (tu peux compléter avec de l'eau au besoin, c'est pas si sacrilège que ça si la bière est bien forte).

 

Carbonnade-flammande-5.JPG


Le choix de la bière en question est soumis à toutes les variations ! (le grand jeu d'Elodie - sa copine ndlr - à Lille en faisant les courses était de demander conseil à un lillois : jamais la même réponse !). évite bien sûr les pils trop fadasses qui sont bonnes pour se désaltérer en été mais qui manquent de caractère pour parfumer... 

Traditionnellement, il vaut mieux une bière assez forte type Duvel. Mais les bières trappistes vont très bien aussi dans cette optique (Rochefort, Chimay, Westmalle... voire Orval). Si tu veux une carbonnade plus dans le sucré, tu peux opter pour une ambrée.

 

Dans ton ragout bœuf (+ lardons) + oignons + bière, tu ajoutes :

- un bouillon cube de boeuf

- un bouquet garni (en kub si tu es flemmarde, ficelé avec toutes les herbes si tu es puriste)

- une feuille de laurier

- une cuillère de cassonade (ou plus si tu n'as pas peur du côté sucré... moi je suis pas trop fan donc j'ai tendance à limiter)

- 3 ou 4 tranches de pain d'épice, coupé en quatre, que tu auras préalablement tartinées de moutarde forte

- (moi j'ai tendance à ajouter une ou deux cuillères de moutarde, directement, en plus, mais c'est parce que j'aime moins le côté salé-sucré... je préfère la force et l'amertume, c'est comme ça ! ;-) )

- (très éventuellement une pincé de quatre épice et moins éventuellement quelques grains de genièvre)

- un peu de sel et de poivre.

 

Carbonnade-flammande-6.JPG

 

Tu mets le feu au minimum, tu couvres, et tu laisses mijoter looooonnngtemps, longtemps longtemps ! (minimum 1h30 à 2h00) (Tu peux gagner du temps si tu as une cocotte-minute : tu mets sous pression une petite demi-heure puis tu rouvres et tu regardes où ça en est, et tu finis plus traditionnellement.).

Il faut revenir touiller de temps en temps, et vérifier que ça n'attache pas mais si tu as mis le feu pas trop fort (et que du coup tu as du temps devant toi...) ça devrait bien se passer. En gros ça commence à être bien quand le bœuf est devenu bien moelleux et que les fibres commencent à se détacher quand tu appuies dessus (NB : selon le type de viande, ça peut prendre beaucoup plus de 2h00, et ce serait dommage de la laisser toute dure => pas d'autre solution que le laisser mijoter encore et encore et de vérifier). à ce moment-là, si la sauce semble encore trop diluée, tu montes le feu et tu fais réduire à découvert (en touillant fréquemment, du coup : là faut pas que ça attache !! au besoin, si l'apéro se termine et que tes convives s'impatientent, tu pioches les morceaux de viande que tu mets de côté le temps que ça réduise bien ; quand la sauce est devenue bien épaisse, tu les remets pour que tout soit bien chaud)

Quand la sauce est assez épaisse à ton goût... c'est prêt ! mais c'est encore meilleur si tu la réchauffes le lendemain !

 

Y'a plus qu'à aller chercher des frites à la friterie d'en bas... hmmm... oups ! Soit les faire soi-même soit faire des patates à l'eau ou encore des pâtes type tagliatelle...

 

Voili voilou, bon appétit ! ;-)"

 

 

Je l'ai préparé un vendredi matin - vive les vacances ! - et j'ai laissé le tout mijoté à touts petits bouillons pendant 2h30. Nous l'avons déguster samedi midi après un réchauffage doux de 30 min avec une purée de pommes de terre : association qui va très bien pour "saucer". Un vrai régal !!!

 

Un grand merci à Fred.


Repost 0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 17:37

 

C'est un des plats typiques du fast food, donc de la junk food. Cela peut vous faire sourire si vous avez lu mon billet précédent. Qu'est-ce qui lui prend ? Après l'apologie de l'agriculture raisonnée, du manger Bio, voici une recette aux antipodes de ses propos !!

 

Et bien non, car si les ingrédients sont de la filière Bio, en quoi cela serait-il néfaste ? A part le mode de cuisson, je vous le concède.

 

Chicken fingers

 

Chicken-fingers-3.JPG

 

Pour 4 personnes :

4 escalopes fines de poulet ou dinde

1 c à c de curry

2 oeufs

Chapelure

 

Préparation : 15 min

Cuisson : 5-6 min par tournée

 

 

Déposer les escalopes sur un film alimentaire. Les recouvrir d'un autre et prendre un ustensile lourd (type masse ou casserole à fond épais) pour les aplatir et les attendrir. Les découper ensuite en aiguillettes courtes. 

 

Dans un bol, casser les oeufs sur la poudre de curry et bien battre. Dans un autre bol, verser de la chapelure (à ajouter au fur et à mesure).

 

Enrober les aiguillettes d'oeuf puis de chapelure. Les réserver sur une assiette.

 

 Chicken-fingers-1.JPG

 

Faire chauffer 1 à 2 cm d'huile neutre dans un wok ou une sauteuse. Déposer une partie des "fingers", laisser dorer 2-3 min avant de les retourner. Continuer la cuisson encore quelques minutes puis les égoutter sur du papier absorbant. Recommencer jusqu'à épuisement.

 

Chicken-fingers-2.JPG

 

Les consommer tout de suite avec une sauce comme un ketchup Bio, ou un mélange miel-moutarde.


Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 13:27

 

Effet Saint-Valentin, je vois rouge... curry rouge. 

 

Mesdames, Mesdemoiselles ou Messieurs pour contenter votre cher et tendre ou dulcinée car on ne peut malheureusement pas vivre seulement d'amour et d'eau fraiche, voici une recette qui épicera votre soirée.

 

Curry rouge au lait de coco

 

Curry-rouge-au-lait-de-coco.JPG

 

Pour 4 personnes :

1 oignon

20 g de beurre

4 blancs de poulet Label Rouge ou Bio

1 pot de pâte de curry rouge Ayam

200 ml de lait de coco

200 ml de crème de coco

200 ml d'eau filtrée

 

Préparation : 5 min

Cuisson : 25 min

 

Peler et émincer l'oignon en fines rondelles. Découper les filets de poulet en petits morceaux.

 

Dans un wok, faire fondre le beurre. Y jeter les oignons et laisser dorer 5 min à feu doux. Ils doivent être translucides et fondants.

 

Ajouter la pâte de curry, remuer, puis le lait de coco, la crème de coco et l'eau. Bien mélanger. Ajouter ensuite la viande et laisser cuire 20 min à petits bouillons. Pour ceux qui craignent le mélange salé-sucré, on ne sent franchement pas le lait de coco.

 

Servir bien chaud avec un riz thaï. Attention, la température va grimper... J'aime y ajouter une pointe de chutney de mangue pour le contraste chaud-froid, salé-sucré.


Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 19:44

 

Pour changer des habitudes et pour tester ma dernière "acquisition culinaire" me voici à concocter un osso-bucco sur la base de la recette de La Cuillère d'Argent.

 

Osso-bucco alla Milanese

 

Osso-bucco-a-la-milanaise-1.JPG

 

Pour 4 personnes :

1 carotte

1/2 oignon

80 g de beurre

4 tranches de jarret de veau

Farine

5 c à s de vin blanc sec

20 cl de bouillon de boeuf

1 petite boite de 70 g de concentré de tomates

Sel, poivre du Moulin

 

Préparation :15 min

Cuisson : 45 min

 

Eplucher la carotte et la couper en rondelles. Eplucher et émincer l'oignon. Faire chauffer dans une cocotte le beurre et y faire suer l'oignon 5 min sur feu doux.

 

Fariner la viande. La technique imparable : un grand sac congélation, la viande et la farine à l'intérieur, on referme bien et on secoue pour singer la viande.

 

La faire dorer à feu vif sur toutes les faces. Assaisonner et laisser cuire quelques minutes. Mouiller avec le vin blanc et laisser réduire le jus. Ajouter le bouillon, le céleri et la carotte. Baisser le feu et laisser mijoter à couvert pendant 30 min.

 

Délayer le concentré de tomates avec 1 c à s d'eau. L'ajouter à la viande, bien mélanger. Laisser mijoter encore 5 min.

 

Osso-bucco-a-la-milanaise-3.JPG

 

Pour accompagner l'osso-bucco, préparer pendant le temps de cuisson de la viande, un risotto au safran.

 

Repost 0