Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 19:54

 

Voici une émission que je ne connaissais pas et les joies du congé pré-natal m'ont permis de la découvrir : Le globe-cooker présentée par Fred Chesneau. On la trouve sur Canal + en clair pendant le déjeuner - ça tombe bien quand on parle de cuisine ! Plus d'inofs ici.

 

globe-cooker.jpg

 

C'est dans le même esprit que Fourchette et sac à dos mais en un peu plus roots, moins préparé.

 

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:06

 

La cuisine c'est in ! Et le P.A.F. (Paysage Audiovisuel Français) est un bon baromètre de cette tendance. Je profite du retour de "Top Chef" pour parler un peu de ce phénomène.

 

Top-Chef.jpg

Cyril Lygnac dans le rôle du Messie... de la cuisine bien sûr

 

Il y a donc une multitude d'émissions sur le sujet sur les chaines généralistes - concepts originaux ou pompés sur nos voisins : de celles de recettes step-by-step (format traditionnel génialement illustré par Maïté et sa "Cuisine des mousquetaires") avec actuellement "Côté cuisine" sur France 3; au docu-reportages type "Escapades de Petitrenaud" ou "Fourchette et sac à dos" une de mes préférées sur France 5, "Cuisines des terroirs" sur Arte ; sans parler des "jeux-concours" où M6 y est passé maître avec "Un dîner presque parfait" émission qui s'essoufle à mon avis et "Top Chef" face à son succédané de TF1 "Master Chef". Et j'en oublie tant d'autres...


Les émissions sur les grands chefs ou la gastronomie ont la cote. On retrouve même des reportages dans des émissions au format moins spécialisé type Envoyé Spécial. D'ailleurs je suis tombée par hasard sur un "C dans l'air" sur la gastronomie : la bouffe : recette anti-crise. A voir !

 

En dehors du PAF, ce phénomène s'illustre parfaitement avec le succès des livres de cuisine (j'en suis moi-même une fan), l'éclosion de cours et ne parlons pas des blogs dédiés à ce sujet.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?


Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 11:19

Mercredi soir dernier, M6 a diffusé en première partie de soirée le premier numéro de Capital Terre (visible sur M6 Replay jusqu'à Mercredi prochain). L'émission était consacrée à l'impact de nos modes d'alimentation sur la planète, pleine d'enseignements à relativiser car tout ce qui est dit à la Télévision comme d'autres médias n'est pas à prendre comme "Paroles d'Evangile". Si cela peut déjà vous interpeller, c'est déjà une bonne chose, ensuite le libre-arbitre personnel fait le reste.
 
Le premier grand sujet abordé était la production de l'huile de palme, actuellement la reine de l'industrie agroalimentaire, mais source de deux grands maux : la déforestation à grande échelle de la forêt primaire de l'île de Java et l'augmentation de facteurs de risque pour notre santé. Et là, Malheur ô Malheur, ma pâte à tartiner préférée en est composée, en gros le Nutella c'est le Mal !!! 
Mais que vais-je faire du pot entamé dans le placard ? Bon... jusqu'à présent, j'en consommais pour accompagner les crêpes sans trop me poser de question à part bien sûr ne pas en abuser sous-entendu "fait gaffe à ton foie et à la balance". Dernièrement lors de mes achats, je jetais un peu plus un regard sur la composition des produits industriels pour ne choisir que les plus "simples" en composition, et il est vrai que sous le couvert de la mention "huile végétale", on peut vous faire passer des vessies pour des lanternes et même certains produits estampillés Bio en sont composés.
C'est un choix de vie que d'essayer au maximum d'éviter les produits transformés bourrés d'additifs mais chacun fait selon son bon vouloir. En tout cas, pour les bureaux marketing, ça peut être un bon coup à l'avenir pour pousser les futurs consommateurs vers un achat "éthique" comme c'est à la mode. Après les labels "sans OGM", "sans colorants, ni conservateurs", nous aurons bientôt "sans huile de palme etc.", ce que certains ont déjà mis en place. 

Le deuxième grand sujet était l'expansion des exploitations de viandes bovines pour alimenter nos appétits toujours plus voraces et son impact sur les populations locales et à plus grande échelle aussi. Je ne regarderai plus jamais steaks, entrecôtes et bavettes de la même manière à présent à part si la viande est issue d'une production raisonnée. 
Manger de la viande de boeuf est synonyme de notre progression sociale. Je me souviens - ça fait partie un peu de mes "madeleines de Proust" - des déjeuners du dimanche chez ma grand-mère où souvent trônait à table le "rôti de boeuf-haricots verts". C'était un peu la pièce maîtresse du "bon repas comme il se doit" et une bonne pièce du boucher n'était pas donné ; ce qui est toujours le cas si on privilégie la qualité car bien manger coûte toujours plus cher.

Toujours dans cette émission, la question a été posée : comment par nos choix de consommation peut-on réduire notre impact sur le fragile équilibre écologique de la planète ? De mon point de vue, le sujet aurait eu besoin d'être abordé plus à fond mais c'est aussi à chacun de prendre ses responsabilités. Certains ont choisi d'être "locavores" ; je salue et j'adhère à leur décision de privilégier les produits locaux et de saison mais pour quelqu'un qui aime cuisiner, je ne peux pas m'y résoudre entièrement pour certains aliments. Adieu produits "exotiques" comme riz, fruits, vanille et chocolat ! Tout bonnement impossible pour moi.
Repost 0
helskitchen.over-blog.com - dans Cuisine & TV
commenter cet article